Sédentarité chez les enfants : il est temps d’agir !

AUM WORLD_Sédentarité chez les enfants : il est temps d’agir !

Il prend de plus en plus de place dans le paysage médiatique et pour cause : le manque d’activité physique chez les jeunes a de quoi faire pâlir. Désormais érigés au rang de problèmes de santé publique, l'inactivité physique et les comportements sédentaires des jeunes inquiètent.

Parmi les responsables : les écrans, le coût des loisirs qui deviennent un luxe pour certains foyers, mais aussi les confinements successifs. Le problème, c’est que l’inactivité devient vite une habitude, un mode de vie dont il est difficile de se séparer à l’âge adulte.

En fermant les yeux sur l’inactivité de nos enfants, c’est un boulevard vers les maladies cardio-vasculaires et le surpoids que nous leur traçons. Face à ce phénomène inquiétant, comment changer la donne ?

 

L’inactivité physique et la sédentarité des enfants

L’ONAPS, l’Observatoire National de l’Activité Physique et de la Sédentarité, s’est penché sur ce sujet. Il distingue deux notions :

  1. L’inactivité physique, qui correspond à un manque voire une absence de pratique physique et sportive. Chez les plus jeunes, on recommande une heure d'activité physique par jour.
  2. Les comportements sédentaires, qui correspondent aux “activités de canapé”.

Or, le constat de l’ONAPS est alarmant :

Deux jeunes sur 3 présentent un risque sanitaire préoccupant caractérisé par le dépassement simultané des deux seuils sanitaires : plus de 2 heures de temps d’écran et moins de 60 minutes d’activité physique par jour. Ce pourcentage est supérieur chez les filles que chez les garçons”.

Des activités physiques en baisse, même chez les plus jeunes

Tel père, tel fils ?

Dire aux enfants de prendre l’air, de courir, de bouger, c’est bien. Encore faut-il montrer l’exemple. Et c’est là que le bât blesse : un tiers des adultes manquent d’activité physique et observent des comportements sédentaires trop fréquents.

Enfants comme adultes, des inégalités de genre face à l’inactivité physique

Chez les 6-17 ans, seules 33.3% des filles ont une activité physique supérieure ou égale à une heure par jour… contre plus de 50% des garçons. Un chiffre appuyé par celui des licences sportives, puisque 38.5% uniquement sont féminines (tous âges confondus).

Pression sociale, absence de représentation féminine dans le sport ou manque de rôle model au quotidien ? Les causes sont plurifactorielles.

Malheureusement, la tendance ne s’inverse pas à l’âge adulte : 50% des femmes ne bougent pas assez, contre 24% des hommes.

Ces inégalités ont même tendance à s’accentuer pour les classes sociales les plus faibles. La faut à un pouvoir d’achat qui s’amoindrit, là où le coût des loisirs explose.

La France, mauvais élève ?

Pour étayer le propos, il faut rentrer plus en détail sur l’inactivité physique. On constate que plus l’enfant grandit, plus il s’éloigne de l’activité physique. Ainsi, 37% des 6 à 10 ans et 73% des 11 à 17 ans peinent à observer leurs 60 minutes d’activité physique quotidienne recommandées.

Est-ce que ces chiffres sont troublants ? Oui. Sur un classement des adolescents les plus actifs de 146 pays, la France s’est placée en 119ème place…

Un mode de vie où l’on reste assis

Malheureusement, du côté des comportements sédentaires, ce n’est pas plus glorieux.

Chez les 6-17 ans, “seulement 19.3% des garçons et 26.6% des filles passent moins de 2 heures par jour devant un écran”. Rappelons que ce chiffre des 2 heures par jour constitue le seuil à ne pas dépasser chez les jeunes. A l’adolescence, c’est pire : seuls 8% des 15 à 17 ans respectent ces recommandations nationales.

Les écrans, toujours les écrans

Vous en avez assez d’entendre les experts diaboliser les écrans ? Vous n’êtes pas au bout de vos peines. Le développement permanent des technologies nous a rendu accros aux écrans de toutes sortes : ordinateurs, télévisions, téléphones. Véritable doudou de la génération Z, nos adolescents et jeunes adultes n’ont d’yeux que pour lui. Et ce n’est pas peu dire : les 13-18 ans passent en moyenne… 6h45 par jour sur leur téléphone.

Faut-il confisquer les smartphones de nos têtes blondes ? L’équation n’est pas aussi simple : les réseaux sociaux, comme la télévision à l’époque, jouent un rôle déterminant dans la socialisation des jeunes. Leur retirer, c’est aussi les écarter de certains sujets de discussion ou d’intérêt fédérateurs.

 

Les conséquences de l’inactivité physique et des comportements sédentaires des enfants

Chassez le naturel, il revient au galop

Nos habitudes de vie sont constituées en partie l’enfance. Passé l’âge adulte, difficile de s’en défaire et d’aller à l’encontre de ce qui nous semble naturel !

Mais le temps de l’enfance, c’est aussi une période clé pour construire son capital santé d’adulte. Les mots de Martine Duclos, directrice de l’ONAPS et cheffe du service de médecine du sport au CHU de Clermont-Ferrand, sont sans équivoque: "Si on n'a pas gagné son capital osseux par l'activité physique à la fin de l'adolescence, c'est irrécupérable.”

Parmi les risques liés à l’inactivité physique et la sédentarité des enfants, on retrouve:

  • Risques de surpoids et d’obésité
  • Troubles du comportement alimentaire
  • Qualité du sommeil altérée
  • Développement de diabète
  • Développement de maladies cardio vasculaires
  • Augmentation de l’anxiété, et de la dépression
  • Diminution de l’oxygénation cérébrale, baisse de concentration

L’Homme est fait pour bouger

Il faut le rappeler : après des milliers d’années d’évolution où l’homme chassait, cultivait, se déplaçait, les nouveaux modes de vie sédentaires sont une rupture majeure dans notre évolution. Rupture qui ne va malheureusement pas dans le bon sens.

Le développement de ces pathologies cardio-vasculaires, qui touchent de plus en plus de personnes dans les sociétés industrialisées, et de plus en plus jeunes, est un vrai cri d’alerte.

Pour conclure sur les conséquences de l’inactivité physique et la sédentarité de nos enfants, quelques lignes de François Carré, cardiologue au CHU de Rennes et lauréat du Prix Jean Bernard 2022 : “Si on ne fait pas bouger davantage nos enfants, nous préparons la première génération qui pourrait avoir une espérance de vie plus courte que celle de ses parents”.

Le bureau Assis Debout, un premier pas pour lutter contre la sédentarité

Le bureau Edition SMALL

AUM WORLD a la solution idéale pour vous : un bureau Assis Debout avec un plateau petit format, pour s’adapter aux petites mains - et aux petits espaces ! Nos Bureaux Assis Debout Électriques - ADVANCED LITE - Edition SMALL propose deux types de dimensions de plateaux, de 110 par 60 cm ou de 120 par 60 cm.

Pourquoi un bureau Assis Debout pour mon enfant ?

Un bureau fixe ne sera adapté à la taille de votre enfant que pendant quelques mois, voire quelques années si vous avez de la chance. Un bureau Assis Debout, c’est un investissement sur le long terme… du primaire jusqu’aux études supérieures, avec la garantie d’un bureau adapté à la morphologie de votre enfant et qui le suit durant sa croissance.

Le bureau Assis Debout s’adapte donc à la morphologie (et à la croissance !) de votre enfant, mais aussi à ses moments de jeu et de travail. Le fait de pouvoir jouer et apprendre debout permettra de canaliser son énergie et d’apporter une dynamique nouvelle à son quotidien.

Un bureau Assis Debout pour aller mieux : info ou intox ?

Des études menées par la Texas A&M University School of Public Health ont montré que les bureaux debout permettraient une dépense énergétique d'environ 17 % supérieure à celle obtenue avec des bureaux traditionnels.

Mais ce n’est pas tout ! La même étude a permis de démontrer l’existence d’un lien entre le fonctionnement neurocognitif et l'activité physique. Très concrètement, l’utilisation d’un bureau debout par des enfants de 14 ans (l’âge moyen du panel) permet d’augmenter leurs performances cognitives de 7 à 14% ! En d’autres termes, et pour le dire de manière triviale, quand le corps bouge… ça bouge aussi au niveau des neurones !

Autre fait intéressant : le fait de travailler debout permettrait d’augmenter le niveau d’attention de 12% chez les enfants. Un remède miracle face aux écrans et aux nouveaux réseaux sociaux qui sapent de plus en plus les fonctions cognitives de nos têtes blondes ? On vous laisse tester, et vous faire votre idée.

Vous le savez déjà : votre mode de vie, et surtout votre mode de travail, peut nuire à votre santé. Mais ce qui est vrai pour vous l’est aussi pour votre enfant.

Même si tout nous pousse à la sédentarité et à l’immobilisme, changeons la donne ! En montrant l’exemple, et en permettant à nos enfants de rester, eux aussi, en mouvement.

 

 

AUM WORLD®
Le Bureau en Mouvement. #Levezvous.


VOUS AIMEREZ AUSSI... Voir toutes

Pourquoi s’équiper d’une chaise de gaming ?

Pourquoi s’équiper d’une chaise de gaming ?

Tout comme les sportifs ont besoin d’un équipement adéquat pour performer et éviter les blessures, les gamers doivent également veiller à leur set-up. Le point d’orgue de tout bon...
Lire l'article
Lutte contre la sédentarité : comment concilier le travail au bureau et les petites activités ?

Lutte contre la sédentarité : comment concilier le travail au bureau et les petites activités ?

Les Français passent en moyenne entre 5h et 8h assis, chaque jour. Un mode de vie sédentaire qui n'est pas sans conséquence : surpoids, diabète de type 2,...
Lire l'article
AUM WORLD participe à l'OM SUMMIT !

AUM WORLD participe à l'OM SUMMIT !

AUM WORLD participera à la 8ème édition de l'OM SUMMIT le 04 juin 2024. Notre objectif ? Parler de Qualité de Vie au Travail avec ceux qui sont...
Lire l'article